engrais momiji bonsai shopFertiliser un bonsai passe d’abord par le choix d’un engrais adapté à ce qu’on veut faire et à l’état de chaque bonsai. Ensuite, encore faut-il savoir comment s’en servir, quand en mettre et comment le doser.

La première chose à intégrer c’est qu’on ne fertilise que des arbres en bonne santé. L’apport d’engrais constitue un apport de sels dans le substrat. Sur un arbre faible, ce sel peut entrer en concurrence avec les racines au niveau de l’absorption de l’eau alors qu’au contraire on doit essayer de renforcer la photosynthèse et l’acheminement de l’eau pour que l’arbre retrouve de la vigueur.

Pour doser un engrais, on considère qu’il faut à peu près trois “doses” d’engrais pour un pot de 30cm. Par dose, on entend par exemple trois paniers à engrais ou trois sachets, ou encore trois petits tas si vous le disposez directement sur le substrat. Ces quantités sont à adapter pour chaque pot en conséquence.

La dose dans chaque panier sera ensuite à adapter à chaque arbre et à ce que l’on veut faire. Un panier bien rempli pour un arbre en construction ou réduit de moitié pour un arbre mature ou un arbre pour lequel on commence à travailler sur une ramification fine.

Attention, surdoser un engrais peut avoir des effets plus négatifs que de ne pas en mettre du tout et créer un déséquilibre important au niveau du sol et du fonctionnement de l’arbre ! L’engrais n’est pas la nourriture de l’arbre, c’est le glucose issu de la photosynthèse qui le nourrit; trop d’engrais peut entraver ce mécanisme de photosynthèse et notamment l’absorption d’eau, brûler des racines et affaiblir fortement un bonsai.

A chaque changement d’engrais, on déplacera les doses à d’autres endroits du pot pour répartir l’accès aux minéraux par les différentes racines et ne pas créer d’accumulation potentiellement toxiques à certains endroits.

On considère que l’azote (le N de votre dosage NPK) reste disponible quatre semaines environ. On changera alors l’engrais tous les mois pour un arbre que l’on veut fertiliser de façon soutenue. Le phosphore, la potasse et les oligo-éléments mettant plus de temps à se dégrader et restant disponibles plus longtemps, il est souhaitable de laisser les anciennes doses en place et de simplement rajouter le nouvel apport d’engrais. Là encore sur un arbre mature ou en finitions, on adaptera la fertilisation en rallongeant la fréquence à 6 voire 8 semaines selon l’effet désiré car les besoins en azote sont moindres.

Enfin, selon le projet, on réfléchira à quand fertiliser un bonsai. Il y a deux périodes de pousse pour les arbres, au printemps et à l’automne. Les deux autres saisons sont des périodes de ralentissement de l’activité (à cause de la chaleur ou du froid) durant lesquelles l’engrais n’est pas nécessaire ou alors en très faibles quantités. S’il est une période à ne surtout pas rater pour fertiliser un arbre, c’est l’automne, notamment car cela permet d’augmenter la résistance au froid. Donc si vous ne devez n’apporter de l’engrais que quelques fois dans l’année, privilégiez toujours au moins les trois mois d’automne.

Au printemps, les bonsai démarrent grâce aux réserves qu’ils ont faites grâce à la photosynthèse et aux apports d’engrais de l’année précédente. En aucun cas un arbre ne démarrera au printemps avec l’engrais que vous venez de lui mettre ! L’engrais servant à prolonger et soutenir la pousse, tout apport au printemps ne devrait donc pas intervenir avant que les arbres aient commencé à pousser franchement et à puiser dans leurs réserves. En mettre trop tôt dans la saison revient à gaspiller votre produit, qui ne sera pas utilisé de toute façon, et favorise les fortes attaques de pucerons; d’autant plus qu’il est convenu qu’un engrais organique ne commence vraiment à se dégrader qu’à partir de 18°C et avec une certaine activité microbiologique dans le pot.

En plus de la photosynthèse, trois apports d’engrais avant l’été suffisent amplement à recréer ces réserves pour l’arbre donc vous pouvez apporter de l’engrais en avril, mai et juin par exemple, si vous êtes dans la configuration de quatre semaines d’intervalle; à réduire à deux apports un peu plus espacés pour des arbres installés ou à ramifier. Même principe pour septembre, octobre et novembre.

Pour les arbres fraîchement rempotés, il convient de leur laisser un bon mois avant tout apport d’engrais.

Enfin, pour ce qui est de l’engrais liquide, à moins d’être utilisé plusieurs fois par semaine, il s’avère qu’il est trop vite lessivé par les arrosages pour être vraiment utile à l’arbre. Toutefois, il peut être intéressant au début du printemps pour les arbres en développement que l’on veut fertiliser intensivement, car il sera absorbé de façon plus rapide que l’engrais solide qui devra attendre une certaine température dans le pot et le réveil des micro-organismes du sol. De même lors de printemps frais et/ou pluvieux, durant lesquels les températures restent basses jusqu’à tard dans la saison, ne permettant pas une bonne dégradation des engrais solides.

L’engrais liquide est également pratique pour celles et ceux qui rencontrent des soucis avec les animaux, notamment les oiseaux, qui sont attirés par l’engrais organique. Durant la période des “attaques”, plutôt que de se battre avec eux, il peut être intéressant de remplacer l’engrais solide par du liquide.