mastic pâte gris kiyonaru momiji bonsaiLe mastic sert à protéger les plaies de coupe d’éventuelles maladies fongiques ou bactériennes ou encore d’attaques d’insectes. Il permet également de maintenir une certaine humidité au niveau des tissus et d’éviter un assèchement au contact de l’air qui pourrait entraîner la mort d’une partie de la zone. C’est donc l’un des produits qui est le plus utilisé lors du travail des bonsai.

Si le mastic en tube (sous forme de crème plus ou moins liquide) se pose assez facilement, le mastic en pâte peut amener à plus de difficultés lors de l’application. Il est pourtant très simple à utiliser.

En réalité, il suffit simplement de toujours garder le doigt humide (salive, eau) afin de pouvoir poser la pâte sans qu’elle ne colle aux doigts. Il devient alors beaucoup plus simple de travailler le mastic en pâte et de l’appliquer de façon précise sur les plaies.

Attention pour autant à ne pas mettre les doigts à la bouche entre chaque application et ingérer du mastic, ils contiennent des fongicides et autres produits cicatrisants !

Une autre alternative au mastic : l’aluminium adhésif. Très facile à poser, sur les coupes importantes il va permettre d’accélérer significativement la formation du cal cicatriciel en maintenant sur la zone la chaleur des rayons du soleil, couplée à une hydratation maintenue au niveau du bourrelet grâce à un phénomène de condensation.

Dans le cas des pins, quand trop de résine coule après une coupe, il peut être impossible de poser le mastic. L’astuce est alors de recouvrir la plaie avec une boule de sphaigne sèche et d’attacher celle-ci avec du raphia (ou de la ficelle) pour la maintenir sur la plaie. Une fois l’écoulement stoppé, ôter la sphaigne et la remplacer par du mastic.