suiseki outillage momiji bonsai shopVous avez vu une pierre à suiseki qui vous interpelle mais vous ne savez pas trop par où commencer ? La pratique du suiseki peut sembler complexe au premier abord mais il n’en est rien.

Nettoyage de la pierre

Pour nettoyer une pierre et lui enlever sa gangue (couche de minéraux qui s’accumulent sur la pierre), il n’est pas nécessaire d’investir dans des outils de compétition. Une simple perceuse, ou mieux une perceuse colonne pour vous libérer les deux mains, fera l’affaire; agrémentée d’une grosse brosse métallique cela suffira à nettoyer la plupart des pierres. Si vous avez déjà une dremel pour vos bonsai, elle pourra également servir à quelques finitions pour les endroits où la grosse brosse ne passe pas. Le reste se fait à la main principalement. Frotter à la brosse, puis lustrer et patiner naturellement avec le sébum de vos mains. Une pointe de couteau, une bassine d’eau, parfois un peu d’acide chlorhydrique, et vos accessoires de sécurité (yeux et poumons) et vous voilà équipé(e) pour le suiseki.

Soclage

Une fois la pierre nettoyée, il sera alors temps de lui concevoir un daiza, ce socle en bois qui doit épouser parfaitement la forme de la pierre et la mettre en valeur. Une fois soclée, on pourra alors effectivement parler de suiseki.

Pour la fabrication d’un daiza, quelques outils sont indispensables mais on peut facilement s’équiper à bon marché. Il y aura nécessairement de la découpe de bois à faire sur une scie à ruban ou une scie à chantourner. Pour creuser, on se servira de gouges, ou éventuellement de la perceuse colonne et de la dremel pour défoncer le bois. La dremel permettra également de dégrossir et de sculpter des formes, des rebords et des pieds. Enfin, du papier de verre de plusieurs grains pour poncer le bois avant d’appliquer une teinte au choix (brou de noix, vernis coloré ou non, cire, etc…).

Produits associés